Piscine semi-enterrée : les réglementations

Les avantages d’une piscine semi-enterrée sont nombreux. Attention toutefois aux réglementations en vigueur.

La déclaration préalable de travaux d’une piscine semi-enterrée

Une simple déclaration de travaux est suffisante pour les bassins semi-enterrés non couverts dont la superficie est supérieure à 100 m², et avec une hauteur de 60 cm par rapport au sol. Cette procédure est également valable pour les modèles expressément aménagés sur un terrain déjà bâti. Plusieurs documents sont nécessaires à ce type de procédure. Vous devez donc joindre à votre formulaire de déclaration de travaux le plan d’installation du bassin, celui de la situation du terrain ainsi que le plan proprement dit du projet. Ce dernier détaillera entre autres sa couleur, ses dimensions et sa profondeur. Le dossier de déclaration préalable de travaux en 3 exemplaires doit être déposé auprès de la mairie de la commune où se trouve la piscine. D’une manière générale, l’autorisation de travaux est délivrée dans les deux mois qui suivent le dépôt du dossier.

Demander un permis de construire

D’après les dispositions de l’article R421-9 alinéa f, l’installation d’une piscine semi-enterrée non couverte munie d’un abri de plus de 20 m² requiert un permis de construire. Ce principe reste également valable pour un bassin semi-enterré dont la surface dépasse les 100 m², et qui se dresse sur une hauteur de 60 cm. Un dossier de demande de permis de construire se compose donc :

  • d’un formulaire dédié,
  • d’un plan d’installation
  • d’un plan de situation de terrain, et
  • d’un plan qui détermine les modalités et les caractéristiques du projet, à savoir la couleur du bassin, ses dimensions, sa forme ainsi que la liste des matériaux utilisés lors de sa fabrication.

Le dossier complet doit ensuite être remis en main propre ou par lettre recommandée, en 4 exemplaires auprès de la mairie de la commune où se trouve l’installation, ou à la DDE. D’une manière générale, le permis de construire est délivré dans un délai de 2 mois après le dépôt de la demande.

Le régime d’imposition

Contrairement aux piscines hors-sol, le modèle semi-enterré est assujetti à 3 impôts distincts. D’après les dispositions de l’article 1407 du Code Général des Impôts, la maison et ses dépendances sont soumises à la taxe d’habitation. Considéré comme un bâtiment annexe de la maison, ce bassin est donc automatiquement soumis à la taxe d’habitation. À l’instar du bassin maçonné, le modèle semi-enterré est également ancré dans le sol. Ne pouvant être ni déplacé ni démonté, il augmente par indéniablement la valeur locative d’une habitation. C’est pourquoi ce type de bassin doit être soumis à la taxe foncière. Depuis mars 2012, les modèles extérieurs d’une superficie de plus de 10 m² sont également assujetties à la taxe d’aménagement.

Pour en savoir plus :