Paysagistes-aménagement-19

Tout savoir sur l'aménagement paysager

Month: February 2019 (Page 1 of 7)

arrosage jardin

Utiliser un bon système d’arrosage en été

La saison estivale est signe de beau temps, mais également de possible sécheresse. L’arrosage de vos plantations est donc primordiale en ces jours de beaux temps.

Utiliser un bon système d’arrosage en été

En été, la chaleur et la canicule ne nous affectent pas uniquement. Nos animaux domestiques et surtout nos plantes peuvent aussi en souffrir. C’est pourquoi il est important de bien surveiller le besoin en eau de nos plantes parce que ce sont nos végétaux qui sont les premières victimes de la chaleur étant donné qu’ils restent dans nos jardins. Toutefois, il est important de savoir économiser l’eau, adopter la bonne technique d’arrosage et surtout savoir choisir le meilleur système d’arrosage pour nos plantes. Envie d’en savoir plus ? Nous vous invitons à lire notre article jusqu’au bout.

Entretien de jardin : la fréquence d’arrosage pendant l’été

Lorsque l’on parle de plante, en général, peu importe de quel type de végétaux il s’agit, la fréquence d’arrosage est de 2 à 3 fois par semaine. La raison pour laquelle un arrosage au quotidien n’est pas conseillé, c’est parce que l’eau s’accumule en grande quantité et risque d’appauvrir le sol en nutriment. C’est pourquoi les maladies se prolifèrent rapidement et affectent toutes les plantes. Pour ce qui est de la quantité d’eau, ce critère peut varier d’une espèce à une autre. En général, le besoin d’eau des plantes à fleurs est minime par rapport aux plantes de la même famille que les coréopsis. Il est tout aussi important de noter que la fréquence d’arrosage varie selon les saisons. Pendant l’été par exemple, étant donné que la chaleur est trop forte pendant la matinée, il est préférable d’arroser vos plantes en soirée. Pendant l’automne, un arrosage en début de matinée est recommandé.

Zoom sur les différents systèmes d’arrosage

Même si vous n’avez pas la main verte, vous savez sans doute qu’il existe plusieurs types de systèmes d’arrosage pour l’entretien de votre jardin. En tête de liste se trouve l’arrosage manuel avec un arrosoir ou un tuyau. Ils sont plus recommandés si vous disposez d’un petit espace vert. Ensuite, il y a les arrosages automatiques comme l’arrosage par dispersion, le système d’arrosage enterré et le système du goutte-à-goutte. L’arrosage par dispersion comme l’arroseur oscillant ou l’arroseur rotatif est à privilégier pour les espaces verts d’une grande superficie et recouverts de pelouse. Le système automatique d’arrosage enterré fonctionne à peu près de la même manière, mais cette fois-ci, l’eau circule dans un réseau de canalisations sous terrain. Le système goutte à goutte, lui, est le plus pratique, car l’arrosage se fait près des racines des plantes à travers des tuyaux microporeux.

Quelle eau utiliser pour son système-d’arrosage ?

Pour l’entretien de notre jardin, nous utilisons souvent l’eau du robinet. Toutefois, cette eau est souvent riche en calcaire et en chlore, ce qui n’est pas bénéfique pour nos plantes. D’autant plus que ce n’est pas très économique. Il est préférable d’utiliser l’eau de pluie que chacun peut récupérer avec un collecteur d’eau ou une cuve.

Pour en savoir plus :

outils entretien jardin

Utiliser les bons outils pour votre entretien de jardin

Tout jardinier qui se respecte doit posséder les bons outils pour s’occuper du jardin. En effet, pour que les végétaux du potager poussent dans des conditions optimales et que les mauvaises herbes ne viennent pas envahir vos espaces verts, un entretien régulier est primordial. Les conseils suivants vont vous aider.

Les outils indispensables à l’entretien du jardin

Avant de planter vos légumes que vous pourrez consommer à la belle saison, vous allez devoir vous occuper de la terre. Vous allez donc devoir utiliser :

  • une bêche ;
  • une fourche à bêche ;
  • une griffe ;
  • une binette ;
  • un râteau ;
  • un transplantoir.

La bêche est l’outil recommandé pour creuser la terre et la retourner. Elle est pratique également pour le découpage des bordures.

Si le terrain est dur et recouvert de cailloux, c’est la fourche bêche qu’il faudra utiliser. Les griffes sont mieux adaptées pour pénétrer dans le sol.

La griffe est une fourche à dents recourbées qui va permettre de sarcler le sol pour préparer les futures plantations.

La binette est nécessaire pour casser la croûte du sol en surface et réaliser des sillons qui serviront à planter les graines.

Le râteau est efficace pour aplanir la terre et retirer tous les débris végétaux et les cailloux qui subsistent.

Le transplantoir permet de faire des trous et de planter les légumes en mottes.

Conseils sur les autres outils essentiels à l’entretien du jardin

Maintenant que vous vous êtes bien occupés du jardin, il faut maintenant connaître le matériel indispensable pour soigner les espaces verts. Vous allez pouvoir vous servir des accessoires suivants :

  • des gants ;
  • une tondeuse à gazon ;
  • un taille-haie ;
  • une débroussailleuse ;
  • un sécateur ;
  • un arrosoir ;
  • une brouette ;
  • un pulvérisateur.

Avant de commencer les travaux de jardinage, mettez une paire de gants pour protéger vos mains des ampoules et des coupures. Veillez à ce qu’ils soient souples et solides à la fois pour vous permettre de manipuler les instruments de jardinage sans difficultés.

La tondeuse à gazon est idéale pour raser la pelouse afin que vous puissiez y installer une pergola ou un salon.

Les branches de vos haies ont trop poussé et sont devenues inesthétiques ? Coupez-les avec le taille-haie.

Pour couper les bordures et nettoyer un terrain en pente, la débroussailleuse est l’instrument qu’il vous faut.

Le sécateur est le petit accessoire fort pratique que le jardinier peut aisément mettre dans la poche et sortir pour couper les petites branches qui dépassent ça et là.

Un arrosoir est l’instrument primordial à posséder pour apporter aux plantes l’eau dont elles ont besoin pour pousser convenablement.

Pour nettoyer le potager et déplacer le matériel d’un endroit à l’autre sans avoir à faire des allers-retours incessants, la brouette est indispensable.
Enfin, pour protéger vos plantes des différentes maladies du potager, utilisez un pulvérisateur avec des produits biologiques pour préserver l’environnement.

Besoin de conseils sur les outils à utiliser pour l’entretien du jardin ? Vous trouverez un professionnel qualifié sur l’annuaire du site.

Pour en savoir plus :

robot piscine

Tout savoir sur les robots de piscine

Nager dans une eau de baignade limpide est très plaisant. Il faut pour cela veiller à la propreté de votre piscine et opter pour la technique adéquate. Nettoyer son bassin de baignade soi-même est contraignant et ne donne pas forcément un résultat optimal. Pour bien éliminer les saletés qui souillent l’eau et les parois de la piscine, la solution du robot comme accessoire de nettoyage s’impose depuis plusieurs années. Cet appareil existe en trois versions différentes, destinées à des utilisations diverses. Doté d’une brosse au minimum, le robot se déplace au fil de l’eau et s’immerge pour aller nettoyer les moindres recoins du bassin de baignade. Avant de choisir tel ou tel robot, il faut vérifier s’il est compatible avec votre piscine.

Les atouts du robot de piscine hydraulique

C’est la solution la plus abordable parmi ces appareils nettoyants. Il est idéal pour les petits bassins. On le raccorde au système de filtration au moyen d’un tuyau flottant adapté. La mise en marche concorde avec celle de la pompe car le tuyau se branche sur le skimmer. Le filtre du bassin nécessite donc un entretien régulier, les saletés étant aspirées vers cet élément. Le tuyau de l’appareil doit être rangé avec soin, sans être plié ni enroulé. Mieux vaut ne pas l’exposer au soleil. Pour un bassin plus vaste, un autre type de machine s’impose.

Les caractéristiques de l’appareil pulseur

Il fonctionne grâce à de l’eau sous pression et convient à tous les revêtements : liner, coque ou bien carrelage. Il est doté de son propre système pour filtrer les saletés. On le branche sur le retour d’eau du bassin. La pression provient de la pompe si le modèle est peu performant ou bien d’un moteur situé dans le local technique. Installer le moteur (ou surpresseur) est une tâche complexe qui doit être confiée à un professionnel. Une fois en action, l’appareil nettoyant se déplace et agit à la surface puis au fond de l’eau.

Le nettoyage en version autonome

Polyvalent, le modèle électrique est le plus facile à utiliser parmi les appareils d’entretien robotisés. Il suffit de le brancher à une prise électrique ou à une batterie adaptée. Aucune modification n’est nécessaire au niveau du bassin de baignade. Dès que l’appareil est dans l’eau, vous n’avez qu’à appuyer sur la touche de commande. La machine travaille toute seule mais vous pouvez cependant la programmer le cas échéant. Il suffit de régler les paramètres suivants : taille du bassin et durée souhaitée du nettoyage. Certains de ces appareils robotisés autonomes purifient même la ligne d’eau. Quand tout est propre, ils s’arrêtent d’eux-mêmes.

Pour choisir la machine idéale qui se chargera de nettoyer votre bassin de baignade à votre place, faites appel à un spécialiste. Vous trouverez tous les professionnels du secteur grâce à l’annuaire de notre site.

Pour en savoir plus :

tout savoir sur la piscine en bois

Tout savoir sur la piscine en bois

Une matière première miracle

Le bois est une matière privilégiée par l’Homme depuis de nombreux siècles. Que ce soit pour se loger, pour se chauffer, pour se meubler, ou encore par exemple pour se défendre au temps des arcs et des flèches, il s’est révélé être d’une grande fiabilité. Ainsi l’utilisons-nous encore aujourd’hui. En effet, il apportera :

  • solidité et robustesse.
  • une très bonne résistance aux éventuelles secousses et mouvements de terrain.

Une grande adaptabilité pour répondre à toutes vos envies

Opter pour une piscine en bois, c’est aussi choisir l’entière satisfaction de vos goûts et envies, grâce à l’adaptabilité remarquable de ladite matière première, et ce sur différents points :

  • la forme : les techniques de coupe ayant énormément évolué ces dernières années, vous pourrez non seulement opter pour un modèle standard (carré, rectangle, hexagone, rond…) mais aussi, pour les âmes d’artistes, oser des projets plus audacieux et créatifs.
  • le modèle : hors sol, semi-enterré, ou enterré, vous aurez l’embarras du choix !
  • l’environnement : elle saura se fondre à la perfection dans son environnement, que ce soit un décor naturel (jardin) ou même une petite cour, une terrasse de toit, ou un intérieur tel qu’une véranda. Elle saura tout à fait s’adapter dans un jardin, puisque faite elle-même d’une matière naturelle. Elle apportera chaleur à une petite cour ou à une terrasse de toit. Placée à l’intérieur, elle représentera une façon habile de continuer à profiter de votre extérieur tout en vous détendant. L’associer par exemple à un chalet aura un rendu des plus luxueux et y ajoutera encore plus de chaleur tandis que l’associer à une habitation en pierre apportera du caractère et cette chaleur peut-être manquante, ou pas assez prononcée à votre goût.

Quelques inconvénients à prendre en compte

Parce qu’il est important de connaître toutes les facettes d’un projet avant d’y investir, deux inconvénients principaux relatifs à l’entretien du bois sont à relever :

  • il devra tout d’abord être protégé de l’action du soleil, qui aura tendance à le décolorer.
  • il devra ensuite être traité afin de ne pas pourrir.

Malgré cela, ces piscines s’accompagnent de très peu d’inconvénients qui ne sont pas si différents que ceux que l’on retrouve chez d’autres modèles.

Vous êtes désormais convaincu, et souhaitez installer chez vous une piscine en bois ? Consultez notre annuaire afin de trouver un professionnel qualifié !

Pour en savoir plus :

installation clôture

Réglementation clôture

Clôturer une propriété, ce n’est pas seulement mettre le point sur la sécurité. Délimiter l’espace est tout aussi impératif si vous souhaitez mettre l’accent sur le côté esthétique et design de votre espace vert. Toutefois, avant de procéder à l’aménagement d’un portail et d’une clôture, il faut savoir que la loi est stricte. Vous devez respecter certaines réglementations et disposer d’une autorisation. Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à poursuivre votre lecture.

Ce que dit le Code civil sur l’aménagement d’une clôture

Selon l’article 647 du Code civil, toute personne disposant d’une propriété est dans le droit d’ériger une enceinte. Un permis de construire n’est pas forcément requis, et ce, depuis 1986. Toutefois, il y a certaines réglementations à respecter. Avant de procéder à l’aménagement, vous devez d’abord déclarer le début des travaux en remplissant le formulaire CERFA 13703 que vous devez par la suite joindre avec un plan de situation, un plan de masse, une description détaillée des matériaux que vous allez employer ainsi que les teintes, etc.

Les règles d’urbanisme

Ce qu’il est important de savoir, c’est que le formulaire CERFA 13703 est exigé si vous avez l’intention de faire construire une clôture de plus de 3 mètres de hauteur, que cette dernière se trouve dans le secteur d’un site ou aussi dans le même secteur que le plan local d’urbanisme. Généralement, le délai d’instruction ne dépasse pas 1 mois. Les travaux ne pourront débuter que lorsque la commune aura approuvé la demande. Il faut également noter qu’en l’absence de cette règle d’urbanisme cité dans le formulaire CERFA 13703, l’article 663 du Code civil entre en vigueur. L’article en question a fixé la hauteur à 3.20 mètres dans les villes avec plus de 50.000 habitants et à moins de 2,70 mètres pour les autres localités. Cependant, la réglementation pour la hauteur des haies, des arbres ainsi que des autres murs végétaux n’est pas la même. Ces éléments entrent dans le cadre de l’article 671 du Code civil qui stipule que toutes plantations de basses tiges ne doivent pas dépasser la hauteur de 2 mètres. Les arbres, eux, doivent être distancés de 2 mètres de la borne.

Les règles de distance par rapport aux voisinages

Qu’il s’agisse de palissade, de clôture en fer forgé, en béton, ou de mur végétal, il y a une réglementation sur la distance par rapport aux voisinages. Cette distance est mentionnée dans le plan local d’urbanisme et elle peut différer d’une commune à une autre. Néanmoins, vous devez savoir que vous n’aurez pas le droit de délimiter votre espace vert que sur votre propriété. Vous n’avez pas le droit d’empiéter sur le terrain de votre voisinage. La commune peut également imposer des distances vis-à-vis de la voie publique si jamais votre propriété se trouve sur un chemin ou au bord d’une route.

Pour en savoir plus :

piscine semi enterrée

Qu’est-ce qu’une piscine semi-enterrée

La terminologie définit assez explicitement ce qu’est une telle piscine : elle est semi-enterrée, c’est-à-dire qu’une partie est enfouie (comme pour une variante « classique » creusée dans le sol) et qu’une autre est émergée (comme pour une version hors sol).

Le principal intérêt de cette formule est que c’est un compromis entre les deux formules « extrêmes » (enfouie et hors sol), compromis qui permet d’allier les avantages des deux mondes et de minimiser leurs inconvénients.

Les principaux avantages d’une piscine semi-enterrée

Ce type de bassin se positionne favorablement en termes de coûts : la formule nécessite beaucoup moins de travaux de terrassement qu’une variante classique, et cela se traduit par des travaux préparatoires nettement moins onéreux.

La solution est aussi idéalement adaptée pour des terrains en pente : la partie enfouie se situera dans la partie la plus haute du terrain, alors que la piscine émergera dans la partie moins élevée. Cela permet de jouer avec les hauteurs, exactement comme le faisaient autrefois les concepteurs de jardins comme André Le Nôtre qui tenaient compte de la topologie avant d’établir leurs plans !

Le choix de la variante semi-enterrée est aussi intéressant d’un point de vue esthétique : le bassin est plus discret qu’un bassin hors-sol, mais la partie émergée est suffisante pour offrir des choix décoratifs. Il est par exemple possible de le couvrir avec des bois choisis pour leur esthétique, en s’harmonisant avec la maison voisine. Il est possible aussi, dans le cadre d’une demeure contemporaine, d’opter pour des choix plus audacieux et modernistes en jouant sur les différents matériaux.

Les formalités à ne pas oublier

La déclaration préalable de travaux est obligatoire, dès lors que la surface du bassin est supérieure à dix mètres carrés (ce qui est vite atteint). Il faut également s’enquérir auprès de sa mairie d’éventuelles règles d’urbanisme ou de protection plus restrictives (dans un secteur protégé, à vue d’un monument historique, etc.).

Il faut également prévoir l’installation d’un système de sécurité homologué dans le cadre des nouvelles obligations de prévention des noyades ? cette contrainte vous permettra aussi d’être plus serein quand des enfants seront chez vous, qu’il s’agisse des vôtres ou de ceux d’amis ou parents !

Vous trouverez dans notre annuaire des professionnels sélectionnés pour vous. N’hésitez pas à le consulter pour trouver le pisciniste qui vous aidera à mettre en oeuvre votre projet !

Pour en savoir plus :

piscine hors sol

Qu’est-ce qu’une piscine hors sol

Il s’agit d’un type de bassin à poser directement sur le sol de son terrain. Elle ne nécessite aucun aménagement. Il existe trois types de bassins hors-sol :

  • Les bassins en kit : une structure doit être montée et une toile ou un liner y est fixée à l’intérieur. Leur montage est rapide et facile et les panneaux à assembler peuvent être en bois, en PVC ou en résine synthétique.
  • Les bassins autoportants : aucune pièce ne doit être assemblée. La forme du bassin est assurée par des parois gonflables ou par des tubes d’acier placé directement à l’intérieur de la poche en polyester.
  • Les bassins semi-enterrés : dans la plupart des cas, il s’agit de structures en kit enterrées sur la moitié de leur hauteur totale.

Quels sont les avantages du hors-sol ?

Les points forts de ce type de structures sont nombreux en comparaison d’un bassin enterré :

  • Installation : l’installation se fait rapidement, elle ne demande pas plus d’une journée dans la plupart des cas (sauf pour les semi-enterrées).
  • Travaux : si le bassin ne dépasse pas 1 mètre de haut ou 20 mètres carré de surface, aucune demande de permis de construire n’est nécessaire.
  • Impôts : l’installation de ce type de bassin n’est pas imposable.
  • Gain d’espace : son démontage est possible à la fin de l’été pour gagner de la place sur le jardin d’hiver.
  • Familiale : la taille des bassins hors-sol est suffisante pour de bons moments en famille ou entre amis.
  • Coût : leur prix est très faible en comparaison des bassins enterrés qui demandent de nombreux aménagements (les premiers modèles sont disponibles à partir de 100 Euros).

Les inconvénients du hors-sol

Même si les points forts sont très nombreux, il existe quelques points faibles à connaître lorsque l’on décide de faire installer un bassin hors-sol dans son jardin :

  • Esthétisme : les modèles étant standards et non-personnalisables, ils ne peuvent pas être adaptés au jardin et son souvent bleu ou gris.
  • Terrain : la pose d’un bassin hors-sol peut se faire uniquement sur un terrain non-inondable ou qui n’est pas meuble.
  • Dimensions : la taille des bassins est limitée et la profondeur excède rarement 1m50.

Vous souhaitez en savoir plus sur le hors-sol et son entretien ? Vous désirez connaître les différents modèles qui existent ? Appelez l’un des piscinistes situé près de chez vous et présent sur notre annuaire et vous pourrez obtenir toutes les informations dont vous avez besoin ainsi qu’un devis pour l’installation de votre bassin hors-sol ou semi-enterré.

Pour en savoir plus :

portail réglementation

Quelle réglementation pour installer mon portail

La sécurisation des propriétés par la mise en place d’un portail fait partie des mesures de précaution visant à se protéger des intrus, des regards indiscrets et des malfrats. Le code civil, via l’article 647, stipule la légalité et le plein droit de chaque citoyen de circonscrire sa propriété dans le respect des réglementations en vigueur. Toute intervention portant sur ces infrastructures est régie par le code de l’urbanisme, précisément dans l’article R-421-12. Installation pour une nouvelle construction ou remplacement suite à des rénovations, peu importe le type de travail afférent au portail, une déclaration à déposer auprès de la commune est obligatoire.

Instruction de la déclaration préalable des travaux

Depuis le 1er octobre 2007, la mise en place d’un portail ne requiert plus l’obtention d’un permis de construire. L’alternative qu’est la déclaration des travaux sied toujours. L’intéressé doit renseigner le formulaire CERFA 13703-01 et joindre les pièces exigées pour constituer le dossier. Ces documents sont entre autres le plan de situation et le plan de masse. La déclaration doit faire mention de l’endroit exact où il sera installé, des matériaux utilisés et des dimensions. La commune peut exiger des formes particulières ainsi qu’un code de couleurs, notamment dans le cadre d’un PLU (plan local d’urbanisme). Normalement, la mairie envoie sa réponse dans le mois qui suit la requête.

Précision sur les dimensions

Aucune réglementation ne régit la largeur du portail, en revanche sa hauteur est édictée par l’article 663 du code civil. La plupart des villes recensant plus de 50 000 résidents exigent que la clôture et ses éléments fassent 3,20 mètres au minimum. Dans les autres localités dont les habitants sont en nombre inférieur, sa hauteur ne doit pas dépasser les 2,60 mètres. La meilleure façon de prendre connaissance des réglementations et de rester dans la légalité est de s’informer directement auprès de la DDE (Direction départementale de l’équipement) ou de la mairie.

Les cas exceptionnels

Les propriétés nichées dans les zones classées font exception à cette règlementation. Pour leur projet d’installation, les propriétaires doivent se référer à l’architecte des bâtiments de France. La déclaration n’est pas indispensable lorsque la structure sert à séparer une même unité foncière.

Les personnes projetant de réaliser l’installation ou la rénovation d’un portail doivent se référer aux dispositions prises par la mairie. Sachez que vous avez la liste des professionnels qui peuvent se charger de cette intervention sur l’annuaire du site.

Pour en savoir plus :

forme piscine bois

Quelle forme pour ma piscine en bois

Pendant les beaux jours, rien n’est plus agréable que de profiter d’une rafraîchissante baignade dans sa propre piscine. Faites installer votre espace de détente dans votre jardin et laissez-vous conquérir par la chaleur et le charme du bois. Pour mieux choisir la forme de votre bassin, vous devrez prendre en compte l’espace dont vous disposez pour l’installer.

Vous devrez également opter pour la forme qui s’adapte aux contraintes techniques comme la configuration de votre terrain. Il faut, en plus, vous référer à la taille du bassin que vous souhaitez. Et enfin, choisissez la forme qui correspond le plus au style de votre jardin et de votre maison. Dans ce cas, vous pourrez demander conseil auprès d’un professionnel qualifié comme un paysagiste architecte pour vous aider à choisir la forme idéale de votre structure.

Les différentes formes de piscine en bois disponibles

Plusieurs formes sont accessibles pour votre piscine en bois. Ce matériau se plie à toutes les envies. À vous de choisir entre :

  • La forme carrée : pour conférer un look plus design et original à votre espace de baignade, la forme carrée est faite pour vous. Destinée à une petite surface, elle se révèle plus pratique et plus esthétique.
  • La forme ronde : que diriez-vous d’un bassin en forme ronde ? À la fois décorative et confortable, cette option assure une filtration d’eau plus efficace.
  • La forme rectangulaire : plus classique, mais intemporelle, la forme rectangulaire promet un confort et un plaisir de baignade optimal. Vous aurez un espace plus long pour nager comme un vrai professionnel.
  • La forme ovale : pour combiner les avantages des piscines-rectangulaires et rondes, misez sur la forme ovale. Que votre structure soit hors-sol, semi-enterrée ou enterrée, elle donnera, en plus, de l’élégance à votre jardin.
  • La forme octogonale : pour créer un bassin au style unique, la forme octogonale est à privilégier. Elle confèrera plus d’originalité à votre jardin.

Confiez l’installation de votre bassin à un professionnel dans l’annuaire.

Pour en savoir plus :

forme piscine semi enterrée

Quelle forme choisir pour ma piscine semi-enterrée

Faire construire sa propre piscine constitue le rêve de nombreux propriétaires immobiliers. Loin d’être un simple caprice, cet équipement est à la fois pratique et commode. Il vous permet de passer d’agréables moments en famille durant les week-ends et les jours fériés. Vos enfants et vos proches peuvent en profiter autant qu’ils le souhaitent pendant les beaux temps. Vous n’avez pas à programmer des sorties et des excursions pour vous amuser. L’unique condition est d’opter pour une forme de bassin adaptée à votre budget et à votre terrain.

Tenir compte de vos besoins

Si vous envisagez de construire un bassin dans votre cours, vous souhaitez certainement qu’il corresponde à toutes vos attentes. Avant d’engager un entrepreneur pour effectuer les travaux, identifier le type de bassin dont vous avez besoin. Cela inclut une étude de votre terrain notamment si vous pouvez y installer une piscine semi-enterrée ou non. La prochaine étape consiste à définir son emplacement. La taille de votre propriété constitue un autre facteur à prendre en considération. Il vous aidera à mieux évaluer la surface et le volume de votre futur bassin. L’expérience de l’entrepreneur vous aide à mieux connaître les différents systèmes d’installation et la complexité de l’intervention.

Miser sur le côté esthétique du bassin semi-enterré

L’installation d’une piscine semi-enterrée représente un important investissement. Cela implique que le résultat final doit être joli et conforme à vos exigences. Il est crucial d’opter pour une forme de bassin qui s’harmonise avec la décoration extérieure de votre maison. Les modèles classiques constituent un excellent choix pour un style traditionnel et intemporel. Il s’agit des bassins rectangulaires, carrés ou octogonaux. Vous pouvez aussi opter pour les modèles ronds pour un extérieur zen, s’inspirant des jardins japonais et des principes du Feng Shui. Quant aux formes libres, elles vous garantissent des bassins authentiques et originaux. Ils favorisent une exploitation optimale de votre terrain.

Peaufiner les détails de finition

Une fois que vous avez choisi la forme de votre piscine semi-enterrée, vous devez convenir des détails de finition avec votre entrepreneur. Ces données lui sont utiles pour établir un devis gratuit. Elles incluent :

  • Le revêtement du bassin : carrelage, liner, enduit, peinture, pierre naturelle?
  • La plage au bord du bassin : gravier, terrasse en bois?
  • Les différents accessoires : filtres, système d’évacuation ou de nettoyage de l’eau?
  • La mise en place d’un système de chauffage de l’eau

Avec ses compétences, un artisan qualifié est en mesure de vous conseiller. Contactez-en un pour être certain d’avoir le bassin de vos rêves.

Pour en savoir plus :

Page 1 of 7

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén